Passer au contenu

/ UdeM international

Je donne

Rechercher

Financer son séjour à Montréal


Selon votre profil et votre parcours, vous pouvez trouver du financement pour soutenir votre séjour d’études ou de recherche à l’Université de Montréal.

Que ce soit avec une bourse ou un travail étudiant, diverses possibilités s'offrent à vous.

Préparer son budget

 

Obtenir une bourse

Bourses du gouvernement canadien

Ces bourses sont dédiées aux étudiants et étudiantes qui souhaitent faire de la recherche ou un programme d’échanges dans un établissement canadien. 

Bourses et programmes d’échanges éducationnels pour le développement Canada-ANASE  
Admissibilité : personnes issues des États membres de l'Association des nations de l'Asie du Sud-Est  

Programme des futurs leaders dans les Amériques (PFLA) 
Admissibilité : personnes issues des établissements situés en Amérique latine et dans les Caraïbes 

Bourses d'études au Canada 
Admissibilité : personnes citoyennes de l’un des pays partenaires 

Bourses du jubilé de diamant de la reine Elizabeth II

Ces bourses de coopération internationale sont offertes dans le cadre du projet “Renforcement des ressources humaines et de la recherche en santé des femmes, adolescentes et filles dans les pays associés à la CEDEAO et en République démocratique du Congo”.

Admissibilité : personnes doctorantes, postdoctorantes, ainsi que jeunes chercheurs et chercheuses ayant la citoyenneté d’un des pays de la CEDEAO ou de la République démocratique du Congo. 

En savoir plus  

Bourses d’exemption des droits de scolarité pour étudiantes et étudiants internationaux

L’Université de Montréal a mis en place un programme de bourses d’exemption des droits de scolarité destiné aux étudiantes et étudiants internationaux en programme régulier.   

En savoir plus

Autres bourses

Le répertoire des bourses de l’UdeM propose une foule d’autres possibilités. Consultez-le, il est fréquemment mis à jour, et différentes sources de financement s'y ajoutent régulièrement.

Consulter le répertoire des bourses

Des fraudeurs peuvent sévir actuellement en soutirant des sommes d'argent et en faisant miroiter des promesses d'admission ou de bourse. La seule voie officielle pour faire une demande d’admission à l’UdeM est le Service de l’admission et du recrutement et la seule porte d'entrée pour faire une demande d'admission en court séjour est UdeM international.


Travailler pendant ses études en tant qu’étudiante ou étudiant international 

En tant que membre de la communauté étudiante internationale, il est possible d’occuper un emploi à côté de ses études. Voici de l’information importante à savoir et les étapes à suivre. 

Les autorisations pour travailler au Canada 

Pour travailler au Canada, il vous faut d’abord un permis d’études. En effet, ce dernier ne vous ouvre pas seulement les portes de l’UdeM pour y étudier. Sous certaines conditions, il vous permet aussi de travailler. 

Après avoir commencé votre programme d’études à temps plein (pas avant!), vous pouvez vous trouver un emploi sur ou à l’extérieur du campus. 

Pour travailler pendant vos études, vous devez vous assurer que votre permis d’études est valide et qu’il est assorti d’une condition qui vous autorise à travailler sur ou hors campus. Vous devrez en plus vous assurer de maintenir une inscription à temps plein tout au long des sessions régulières de votre programme. 

À noter que vous pourriez être en mesure de travailler au cours de votre dernière session d’études, même avec une inscription à temps partiel, si vous avez maintenu une inscription à temps plein au cours de toutes les sessions régulières précédentes. 

Pour travailler au Canada, vous devrez également faire les démarches nécessaires pour obtenir un numéro d'assurance sociale (NAS) auprès de Service Canada. Ce numéro est obligatoire et doit être communiqué à votre employeur afin de recevoir un salaire. Ne divulguez jamais votre NAS à d’autres personnes! À noter que votre NAS aura la même durée de validité que celle de votre permis d’études. 

Quand vous aurez trouvé un emploi étudiant à votre gout, assurez-vous de maintenir une inscription à temps plein et de renouveler votre permis d’études avant son expiration, sinon vous devrez immédiatement cesser de travailler. 

Possibilités de travail étudiant

Travailler sur le campus

Le droit de travailler sur le campus signifie le droit de travailler dans l’ensemble des pavillons situés sur l’un des campus de l’Université de Montréal dans la ville où vous effectuez vos études, et ce, pour m’importe quel employeur. À titre d’exemple, si vos cours sont dispensés dans la ville de Montréal, vous ne pourriez pas bénéficier du droit de travailler sur le campus dans les pavillons de l’UdeM localisés à Saint-Hyacinthe et inversement. Vous devez avoir un permis d’études valide qui vous l’autorise.

Attention, sous certaines conditions seulement, les établissements de l’UdeM situés en dehors des limites physiques du campus peuvent être considérés comme des établissements sur le campus.

Pour vérifier si vous êtes éligible à travailler sur le campus, veuillez-vous référer au site d’Immigration, Réfugiés et Citoyenneté Canada (IRCC)

Afin de découvrir les offres d’emplois offertes sur le campus, nous vous invitons à vous rendre sur la banque d'emploi

Combien d’heures de travail sont permises? 

Si vous bénéficiez du droit de travailler, n’oubliez pas que les études doivent demeurer votre activité principale. C’est d’ailleurs pour cette raison qu’il existe des limites aux nombres d’heures que vous pouvez effectuer dans le cadre de votre emploi. 

IRCC établit une distinction entre le nombre d’heures travaillées sur le campus et celles travaillées hors campus. 

En ce qui concerne le travail sur le campus, IRCC ne prévoit pas un nombre maximal d’heures que vous pouvez travailler. Attention à faire preuve d’une grande vigilance concernant le nombre d’heures maximum autorisées par votre contrat de travail. 

Travailler hors campus

Si votre permis d’études vous l’autorise, vous pourriez également acquérir une expérience de travail à l’extérieur du campus. Concrètement, ce droit vous permet de travailler dans un lieu situé à l’extérieur des limites du campus de l’UdeM, comme un café ou un restaurant. 

Pour pouvoir travailler hors campus, vous devez posséder un permis d’études valide qui prévoit ce droit et maintenir une inscription à temps plein dans un programme menant à l’obtention d’un diplôme. Cela signifie que si vous suivez des cours dans le cadre d’un programme d’échanges de moins de six mois, d’un programme d’études libres ou dans le cadre de l’année préparatoire, vous ne bénéficiez pas du droit de travailler hors campus. 

Les opportunités d’emploi au Québec sont multiples. Pour en apprendre davantage vous pourriez vous rendre sur la page Emplois étudiants à Montréal : où et comment les trouver?

Combien d’heures de travail sont permises? 

Concernant le droit de travailler hors du campus, vous devez vous limiter à 20 heures de travail par semaine au cours des sessions régulières. Vous pouvez toutefois travailler à plein temps pendant les congés prévus au calendrier scolaire (vacances d’hiver, semaine de relâche et session d’été pour les premiers cycles) si vous avez maintenu une inscription à temps plein au trimestre précédent le congé ainsi qu’au trimestre qui le suit. Si dans le cadre de votre programme vous n’avez aucun congé scolaire prévu au calendrier, vous devez respecter la règle du 20 heures maximum par semaine. 

À noter : vous pouvez occuper un emploi à la fois sur et à l’extérieur du campus

Important : IRCC a annoncé la mise en place d’une mesure exceptionnelle concernant la limite hebdomadaire de 20 heures de travail hors campus. Pour en bénéficier, vous devez avoir le droit de travailler hors campus et répondre aux critères d'IRCC

Travailler dans certains domaines : l’obligation d’un examen médical 

En tant que membre de la communauté internationale, vous ne pouvez pas occuper certaines professions sans avoir effectué au préalable, un examen médical auprès d’un médecin désigné autorisé par IRCC. 

De façon générale, cet examen concerne les professions dans le domaine de la santé, de l’enseignement ou en lien avec des personnes vulnérables (les enfants, les personnes âgées, etc). On pense par exemple aux services de gardiennage d’enfants ou au métier de préposé(e) aux bénéficiaires. 

Il est donc très important de vérifier si votre permis d’études comporte une mention qui vous interdit de travailler dans ces domaines.   

 

Travail et permis de travail stage coop : quelles différences?

Votre programme à l’Université de Montréal comporte un volet de stage(s) obligatoire(s) ou optionnel(s)? Sachez qu’aux yeux d’IRCC, un stage constitue du travail. Vous devez donc vous assurer d’avoir les autorisations requises avant de vous lancer à l’aventure. 

Si votre stage est optionnel, vous êtes autorisé à l’effectuer en vertu du droit de travailler lié à votre permis d’études. S’il doit se faire hors campus, vous devez donc respecter la limite de 20 heures par semaine. 

Si votre stage est obligatoire, vous aurez besoin d’un permis de travail stage coop. La demande de ce permis peut se faire au même moment que vous faites votre première demande de permis d’études avant d’arriver au Canada. Si vous êtes nouvellement admis ou admise à l'UdeM, il sera indiqué dans votre lettre d’acceptation que votre programme comporte un ou des stages à faire. Vous devez donc joindre cette lettre à votre demande de permis d’études. 

Si vous vous n’avez pas présenté de demande de permis de travail stage coop au même moment que votre demande de permis d’études, vous pourrez le faire une fois au Canada ou au moment de renouveler votre permis d’études. 

Ce permis vous permet de faire des stages obligatoires à l’extérieur du campus sans être limité à un nombre d’heures. Ce permis vous permet également de continuer de bénéficier du droit de travail de 20 heures par semaines hors campus. 

Attention : si votre stage se déroule dans le domaine de la santé, de l’enseignement ou en lien avec des personnes vulnérables (les enfants, les personnes âgées, etc.), vous devez passer un examen médical avant de faire votre demande (voir la section examen médical ci-dessus). On pense notamment aux stages en médecine, en sciences infirmières ou en éducation. 

Si vous êtes un étudiant ou une étudiante en échange et que vous souhaitez faire un stage au Canada après votre séjour en échange, vous devrez obtenir un permis de travail. IRCC offre certaines possibilités pour les jeunes désirant avoir une expérience de travail au Canada d’obtenir un permis de travail

Si vous désirez plutôt faire un séjour de recherche ou un stage de courte durée à l’UdeM, sachez que plusieurs possibilités vous sont offertes


Déclaration d’impôts et obligations fiscales 

Si vous avez travaillé sur le territoire canadien durant vos études à l’UdeM, vous devrez émettre une déclaration d’impôt. Cette déclaration annuelle de revenus couvre la période du 1er janvier au 31 décembre. Il vous faudra l’envoyer à l’Agence du revenu du Canada et à Revenu Québec avant le 30 avril de l’année suivante. 

Même si vous n’avez pas travaillé au Canada, il est possible que vous soyez dans l’obligation de produire une déclaration de revenu. À ce sujet, nous vous invitons à consulter le site du gouvernement du Canada

Apprenez comment faire vos déclarations d’impôts fédérale et provinciale.  

 

Travailler après l'obtention de son diplôme : le permis de travail postdiplôme (PTPD) 

Vos études à l’UdeM s’achèvent, mais vous ne voulez pas quitter le Canada si vite. Ça tombe bien, le programme de permis de travail postdiplôme du gouvernement canadien (PTPD) est conçu pour offrir aux personnes diplômées une expérience de travail temporaire au Canada, après avoir complété leur formation universitaire.

En savoir plus sur le PTPD

 

IMPORTANT

Notez que les lois et les règlements en vigueur au Québec et au Canada en immigration de même que les sites du ministère de l'Immigration, de la Francisation et de l'Intégration (MIFI), et d'Immigration, Réfugiés et Citoyenneté Canada (IRCC) ont préséance sur les informations contenues sur ce site web. 

Notez également que l’information présentée ne constitue pas un avis ou un conseil juridique et n’engage pas l’Université de Montréal ni ses employé(e)s.